m23top

 

Ardo blog

Ce site est consacré à une rélecture personnelle d' une  séquence courte et mouvementée  de notre Histoire récente : les derniers mois du régime libéral  de Abdoulaye Wade. témoin attentif et partisan de cette page d'Histoire nous avons pris l'option de publier les images les documents audios et vidéos que nous avions nous-mêmes enregistrés à l'époque avec l'équipe du site ''Reinventing-africa''Le travail de couverture de tous les meetings organisés sur la place de l'obélisque, à Guediawaye, à Thiès a été réalisés par nos collaborateurs Anna faye et Chimère Diouf.Toutes les ressources ne seront cependant accessibles que sous certaines conditions . Il s'agit notamment du texte complet de "M23  , la proie et l'ombre'' de Abib Ndao et de certains documents sonores et vidéos majeurs..

De Juin 2011à Mars 2012 Abdoulaye Wade a été confronté à une forme inédite de contestation et malgré tous les artifices tentés, il n'a pas réussi à trouver une réponse efficiente à cette fronde de l'intérieur du sénégal et des  banlieues sinistrées de Dakar.

Le mouvement n'a cependant  pas transformé objectivement le Sénégal. Certes Wade est parti par la petite porte  mais c'est son régime qui s'est reproduit  avec le même personnel politique et la même orbite aventureuse.

Tout ne fut  pas négatif durant ces 12 années de libéralisme déclaré du wadisme, et il ya toujours comme un air de "remake relooké"-  excusez du peu- et dans les coulisses du palais ,les résidents et les visiteurs ne sont pas totalement inconnus des lieux.Wade a laissé des traces positives de son séjour au  palais de l'avenue Léopold Sédar Senghor. Personnage atypique, il n'a pas manqué d'ambitions pour son pays mais l'exercice solitaire et impuni du pouvoir  a fini par le fouvoyer et hypothéquer le projet de société qu'il voulait inscrire  dans la trame du quotidien de ses compatriotes Il était si  obnubilé par ce besoin de redessiner  le Sénégal à son image, d'en être le véritable batisseur que ses premiers actes ont été une déconstruction volontaire du'' Senghorisme -Dioufisme''.

Wade, il faut le dire n'est pas sans rappeler "Le Roi Christophe" d'Aimé Césaire : un mélange  aux contours indécis de grandeur et de burlesque, de vision et d'improvisation, de modernisme et d'archaisme... a suivre

 

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé

Unite Galleryyena marre